Portrait de Marie Massot-Reynier, épouse d’Adolphe Amouroux

 photo Pierre Germain Perpignan

photo Pierre Germain Perpignan

Marie était la fille unique de Aimé Massot-Reynier et de Félicité Guiter. Elle épousera le notaire perpignanais Adolphe Amouroux le 16 juin 1857. C’est un personnage important, légitimiste, rédacteur en chef du journal Le Roussillon entre 1870 et 1882. Son étude notariale est établie au 12 rue Foy, immeuble devenu par la suite l’école madame Roland.

Adolphe Amouroux fut au centre d’une importante banqueroute à la fois de son étude notariale mais surtout de la banque Union Générale, acquise aux biens du parti catholique et royaliste. Cet établissement cesse ses paiements en 1880, créant une réaction en chaîne et ruinant de ce fait le notaire et beaucoup de ses clients. Celui-ci s’enfuit en Espagne et mourra en 1886 au Guatemala.

Adolphe et Marie auront trois enfants, Joseph (1858-1868), Thérèse (1861-1884) et Jacques (1865-1866).

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XIXe s. roussillonnaise, Costumes - Modes - Bijoux, Second Empire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *