Recréation de la fête de saint François de Paule à Perpignan.

Il semble pour le profane que le maire de Perpignan vient depuis toujours offrir au saint un cierge en remerciement d’avoir sauvé Perpignan de la peste. La lettre circulaire que nous vous présentons, datée de 1901, démontre que ce geste qui se fait aujourd’hui lors de la cérémonie du chemin de Croix le mercredi saint, est le dernier sursaut d’une fête remise en place par l’évêque Jules de Carsalade du Pont en 1901. C’est une période marquée par un combat sans relâche mené par l’église catholique pour retrouver ses prérogatives, dans une période ou lui fait front un fort courant laïc. On doit rappeler que 1905 sera l’apogée de ce combat perdu par l’Eglise française, avec la promulgation de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans noblesse roussillonnaise, Régionalisme-Folklore. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *