Saint-Esprit d’Aurillac fabriqué à Perpignan

Depuis longtemps le travail de bijouterie du Massif-Central et celui du Roussillon ont trouvé de grandes similitudes. C’est pour celà que des bijoutiers de Perpignan ont pu recevoir des commandes de bijoux spécifiques au marché auvergnat comme le Saint-Esprit. On citera comme exemple les commandes passée par la maison Camps, rue du Consulat à Aurillac auprès de F.Marcé, bijoutier 8 rue Messonier à Perpignan dans les années 1950.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XXe s. roussillonnaise, Bijoux traditionnels. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *