SONNET, par Edmond Vivier.

Venu vers Perpignan en pèlerin fidèle,
J’ai senti mon cœur battre en descendant du train.
Mais, dans la ville un trouble indicible m’étreint

En voyant ce que moins de dix ans on fait d’elle. 

Dix ans, mes souvenirs viennent à tire d’aile
Faire revivre en moi cet âge où, plein d’entrain,
Je piétinais, soldat joyeux quoique contraint,
Les glacis de Canet ou de la Citadelle !

Vieux remparts de Vauban qu’êtes vous devenus ?
Des palais, à présent, couvrent les fossés nus
Où s’endormait, jadis, les errantes gitanes…

Le moderne, partout, met son luxe insolent
Et la brune, rêveuse à l’ombre des platanes,
N’ose plus arborer le bonnet catalan !

paru dans la revue locale : La veu del Canigo, 1914.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Espace éducatif. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à SONNET, par Edmond Vivier.

  1. Rosa M. Martín i Ros dit :

    Gràcies pel poema. Explica molt simplement, però molt bé les transformacions de Perpinyà i de la vida a Perpinyà.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *