Ballade roussillonnaise : Notre Dame de Pena

NOTRE DAME DE PEINE

 Ballade

 

D’une jeune Catalane,

Je me suis épris,

Son teint frais et diaphane,

Est comme le lys,

Et jamais l’humeur ne fane

Son doux souris.

2

Sa chevelure bouclée,

Son joli cou,

Sa main blanche et potelée,

Dont je sus fou,

Brillent comme la gelée,

Au Canigou.

 

Chanson de la première moitié du XIXe siècle, malheureusement incomplète et anonyme. Un voyageur est épris d’une jeune Catalane, probablement en visitant l’ermitage de Notre Dame de Pena, à Cases de Pena (Roussillon).

Fonds de Gonzalvo, AM Perpignan, non classé.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Costumes - Modes - Bijoux, Littérature, Restauration, Second Empire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *