Bijoux reliques

En général la médaille religieuse est bénite lors de la cérémonie ou de l’aplec et permet de commémorer son passage dans un lieu de foi, chapelle ou ermitage.

Anciennement certaines médailles ou bagues étaient mises directement en contact avec une relique pour lui conférer plus de pouvoir, à l’exemple de certaines étoffes.

Ainsi, lors du passage de Philippe V à Perpignan en 1702 les consuls ont offert à la princesse de Savoie sa future épouse neuf douzaines de bagues ou petites ceintures de Saint Jean passées par la relique du bras de saint Jean.

Le contact de la médaille avec la relique en fait, en quelque sorte, une relique secondaire.

 Les sœurs clarisses de Perpignan offrent encore de nos jours à la dévotion des parcelles de tissus ayant touché le corps de la bienheureuse Mère Antigo, mère abbesse dont le corps s’est miraculeusement conservé.

Source : Baisset, (D), « L’entrée et le séjour de Louis XIV à Perpignan : un geste politique », La ville et les pouvoirs, actes du colloque du huitième centenaire de la Charte de Perpignan, 23/25 octobre 1997.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie d'Ancien-Régime. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *