Les mystérieuses bagues de saint Jean-Baptiste de Perpignan

Alors que l’église primitive de Perpignan possédait sa propre relique de saint Jean Baptiste (un morceau de son crâne), une autre partie du corps du Précurseur allait être remis en dépôt au Moyen-âge par un pèlerin au couvent des dominicains de la ville.

Il s’agissait d’un reliquaire byzantin contenant l’avant bras et la main du saint patron de la ville. Dès 1407 et officiellement par décret de Benoit XIII en 1410, la relique est dès lors exposée publiquement et opère de nombreux miracles. Chaque 29 août, date anniversaire de sa décollation, le bras est vénéré par de très nombreux fidèle, obligeant les moines à lui concéder un emplacement définitif dan la chapelle de la famille de Taqui.

Le rite consistait d’abord à toucher la relique puis à cause de l’afflux de fidèles, il sera alors décidé d’opérer un autre rituel non moins curieux : ce rituel consistait à passer entre les doigts embaumés des bagues porteuse dès lors d’un grand pouvoir thaumaturge. Du Cange en 1677 décrit : « l’index est étendu dans lequel on met les anneaux pour la dévotion du peuple, et elle se laisse toucher comme si elle était de pierre dure. » Nous savons aussi que, lors du passage de Philippe V à Perpignan en 1702, les consuls de Perpignan offrirent à la princesse de Savoie sa future épouse neuf douzaines de bagues ou petites ceintures de Saint Jean passées par la relique du bras de saint Jean.

Il reste alors à espérer qu’au grès des études des reliquaires du diocèse de Perpignan et d’ailleurs, l’on retrouve l’une de ces bagues de saint Jean-Baptiste, bijou votif dont il ne reste aucun exemplaire connu.

Nous possédons toutefois une intéressante description de ces anneaux : « Chez les Dominicains on montre une relique du bras gauche de saint Jean Baptiste : on y distribue une grande quantité de bagues qui, au lieu de pierre, ont une croix de saint Jean ou de Malte, et lesquelles on a fait toucher la relique. On a dans le pays une grande vénération pour cette relique ainsi que pour les bagues qui l’ont touchée. »

Source : 

Dictionnaire Géographique, Historique et Politique,  Jean-Joseph Expilly – 1768.

 

Bien en amont, en 1590, le frère Miquel Llot du même couvent écrivait le panégyrique des miracles que la relique exerçait depuis sa découverte. Il décrit les différentes attributions curatives qu’elle apporte, disparition du mal de tête, faciliter les accouchements….

Le second volume de cette somme de témoignages et de preuves irréfutables, au chapitre 4, contient quelques affirmations sur les fameuses bagues. Il s’agit d’un véritable exorcisme : 

« En lo cual que tracta de la virtut que comunica el Senyor als anells i cotons que a la santa reliquia tocan. 

…que de aquestes virtuts divines y sobrenaturals ha volgut participassen los anells i coto que a la sancta reliquia tocan, per medi de les quals ha obrades y obra de cada dia lo Senyor molt grans maravelles y grandeses dignes de perpetua memoria.

…/…Y en particular les merces y los beneficis que lo Senyor cada dia multiplica, per medi de la present sancta reliquia del bras verdader de sant Joan Baptista, en los anells i coto que ella tocan. De les cual se feu mencio en lo capitol 10 del llibre precedent. Y ultra de aquelles referir-se assi una molt singular que esta en lo proces fet en presencia del abat de la Réal, digne de grandissima admiracio. 

La cual deposa mediant lo jurament, Guillem Vilanova en dret llicenciat al 16 de avril del any 1404 com a cosa en ell actualment experimentada. 

Y fonch que trobant-se un dia en la cambre de fra Jaume Ramon, mestre de teologia, amb compania de molts altres predicators, per veure y adorar la sancta reliquia, traguese dit testimoni un anell de or que tenia en lo dit, y amb molta reverencia lo feu tocar la sancta reliquia. Apres de haver lo torna al seu dit succehi poc après que ana a visitar un endemoniat, que hi avia en Perpinyà anomenat Francesc Gras, home de sa casa. En entrant lo dit llicenciat, comença de cridar lo endemoniat y de fer molt gran sentiment y com los rabios corregue a pendre lo entre les mans. Lo cual vehent-se en aquell treball del cual venia a la visita molt descuidat, abrassat amb lo endemoniat feu lo llicenciat moltes forces de tal manera que llança al endemoniat sobre del llit de la cambre ahont estava. Y encontinent acudir en altres homens en favor del testimoni sobredit. Y aixi tingueren temps de lligar al endemoniat amb cordes i posar-li sobre el llit. Recordant se en aço Guillem Vilanova del anell que tenia en si mateix, que havia tocat la sancta reliquia y posa sobre del endemoniat. A pena estigue sobre del endemoniat, cuan comença de nou cridar mes, y fer mes moviments, que espantava, en tant que lo sobre dit testimimoni digué : yo te conjur de part de Deu omnipotent y de notra Senyora y de tots los sancts y sanctes, qu’en digues la veritat de lo que te demanare. Que es la causa per que tant atormenta aquest home? Y lo endemoniat callava, passat avant sempre en lo torment y bateria de cridar començada. Torna lo sobredit testimoni a conjurar-lo, fins a tres vegades. A la tercera respongue lo endemoniat, cridant a grans veus : de Joan, de Joan, de Joan. Lo que hoit per lo licenciat, prengue lo anell de sobre lo endemonia, dient als circustans que lo anell que havia tocat a la santa reliquia, era la causa del torment y treball. Y a penas fonch tret lo anell, cuant incontinent lo endemoniat se sossega de tal manera que may pus se entengue y agues en ell senyal de demoni. A la cual obra miraculosa se troba present lo hebdomadari de la Iglesia de sanct Joan  y molts altres. 

…/… De la cual se ven inferir ab molt compliment, la reverencia y el acato ab lo cual se han de tenir los anells que a la santa reliquia tocan, comunicant lo Senyor a ells tan gran virtut. »

Une grande vertu thaumaturge est donc attribuée aux anneaux ainsi qu’aux bouts tissus de coton passés aux doigts de la relique dès le XVe siècle. 

Source: 

Llot de Ribera, Miguel, Llibre Primer dels Miracles que lo senyor ha obrats per medi de la… Reliquia del… Sanct Joan Baptista [Texto impreso] / compost per lo pare… Michel Llot del Orde de S. Domingo, 1590. 

Ce contenu a été publié dans Bijouterie d’Ancien-Régime roussillonnaise, Bijouterie XIXe s. roussillonnaise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les mystérieuses bagues de saint Jean-Baptiste de Perpignan

  1. Rosa M. Martín i Ros dit :

    No coneixia aquesta tradició dels anells.
    Sempre expliques coses molt interessants.
    Està molt ben documentat.
    Es va obrir el reliquiari per a estudi del braç o no?
    Sant Joan és una festa molt important als Països Catalans. Gràcies per tot el que expliques.
    Rosa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *