Les mystérieuses bagues de saint Jean-Baptiste de Perpignan

Alors que l’église primitive de Perpignan possédait sa propre relique de saint Jean Baptiste (un morceau de son crâne), une autre partie du corps du Précurseur allait être remis en dépôt au Moyen-âge par un pèlerin au couvent des dominicains de la ville.

Il s’agissait d’un reliquaire byzantin contenant l’avant bras et la main du saint patron de la ville. Dès 1407 et officiellement par décret de Benoit XIII en 1410, la relique est dès lors exposée publiquement et opère de nombreux miracles. Chaque 29 août, date anniversaire de sa décollation, le bras est vénéré par de très nombreux fidèle, obligeant les moines à lui concéder un emplacement définitif dan la chapelle de la famille de Taqui.

Le rite consistait d’abord à toucher la relique puis à cause de l’afflux de fidèles, il sera alors décidé d’opérer un autre rituel non moins curieux : ce rituel consistait à passer  entre les doigts embaumés des bagues porteuse dès lors d’un grand pouvoir thaumaturge. Du Cange en 1677 décrit : « l’index est étendu dans lequel on met les anneaux pour la dévotion du peuple, et elle se laisse toucher comme si elle était de pierre dure. » Nous savons aussi que, lors du passage de Philippe V à Perpignan en 1702, les consuls de Perpignan offrirent à la princesse de Savoie sa future épouse neuf douzaines de bagues ou petites ceintures de Saint Jean passées par la relique du bras de saint Jean.

Il reste alors à espérer qu’au grès des études des reliquaires du diocèse de Perpignan et d’ailleurs, l’on retrouve l’une de ces bagues de saint Jean-Baptiste, bijou votif dont il ne reste aucun exemplaire connu.

Nous possédons toutefois une intéressante description de ces anneaux : « Chez les Dominicains on montre une relique du bras gauche de saint Jean Baptiste : on y distribue une grande quantité de bagues qui, au lieu de pierre, ont une croix de saint Jean ou de Malte, et lesquelles on a fait toucher la relique. On a dans le pays une grande vénération pour cette relique ainsi que pour les bague qui l’ont touchée. »

Source : Dictionnaire Géographique, Historique Et Politique,  Jean-Joseph Expilly – 1768.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie d’Ancien-Régime roussillonnaise, Bijouterie XIXe s. roussillonnaise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Les mystérieuses bagues de saint Jean-Baptiste de Perpignan

  1. Rosa M. Martín i Ros dit :

    No coneixia aquesta tradició dels anells.
    Sempre expliques coses molt interessants.
    Està molt ben documentat.
    Es va obrir el reliquiari per a estudi del braç o no?
    Sant Joan és una festa molt important als Països Catalans. Gràcies per tot el que expliques.
    Rosa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *