Bijoux et vetements d’Antoinette Mars de Grandsaignes, une femme à la mode de Perpignan en 1763.

$_57 (3)

L’épouse du noble Antoine Tabariès de Grandsaignes vivait à Perpignan en plein milieu du XVIIIe s. Cette femme aux revenus aisés possédait une garde robe importante. Le 26 janvier 1763 est effectué l’inventaire de sa maison place de la Loge suite au décès de son mari. Nous pouvons alors connaitre les goûts de cette perpignanaise en matière de belles tenues à la mode. La soie rivalise avec le renouveau des indiennes suite à fin de la prohibition qui en interdisait jusqu’alors l’usage. On perçoit la présence de la piqûre de Marseille ainsi que le succès du marly, inventé en 1675 et qui fut l’ancêtre du tulle..

 

« …un grand cabinet en bois de noyer avec sa serrure et clef dans lequel sont enfermés les hardes et effets de la dite dame Mars de Grandsaignes, et l’ayant fait ouvrir, nous avons trouvé ce qui suit:

Une robe de chambre en satin de Hollande fond vert avec doublure, garniture et ajustement, une robe de satin vert avec garniture, doublure et ajustement, une robe en gros de Tours broché et garniture, une robe de moire grise et sa jupe, une robe de perse et sa garniture, une robe en indienne fond jaune, une robe en batavia mordoré jaune, une robe en gros de Tours noir, une robe en poids de soie noir, une robe et jupe de satin rayé, une robe et tablier de persienne fond vert et fleurs blanches, une robe de taffetas blanc, une robe et jupe en taffetas chiné fonds gris, une robe et jupe en indienne fond blanc à guirlandes et bouquets,

robe xviiie en coton, indienne fonds blanc.

robe xviiie en coton, indienne fonds blanc.

un mantelet de satin blanc, un couvre-pied satin blanc et doublé de taffetas, une coiffure bavolet barbes fonds et manches à trois rangs et collerette de Maline rebrodée, une coiffe bavolet et fonds en dentelle de valencienne, une paire de manches à trois rangs d’entoilage avec une petite Valencienne,  une autre paire de manches à trois rangs d’entoilage avec une Maline rebrodée, une paire de manches à trois rangs de mousseline garnie d’une petite dentelle, une paire de manches à trois rangs de mousseline brodée et garnie d’une dentelle, une respectueuse (coiffe) de marly,

Coiffe du XVIIIe s.

Coiffe du XVIIIe s.

quatre respectueuses garnies de marly, six bonnets ronds garnis d’une petite dentelle, huit bonnets ronds garnis de marly, trois coiffes de marly et trois collerettes de marly, un mantelet de marly noir garni d’une blonde, un manchon d’un petit gris, un mantelet de gaze garni d’une blonde, un mantelet noir vieux, trois éventails usés, trente chemises de différentes toiles, vingt cinq mouchoirs de couleur, neuf mouchoirs blancs, deux porte peignes, dix bonnets piqués, sept fichus de tète, six paire de bas de fil usés, huit coiffes de mousseline et quatre petites coiffes, trois fichus de col garnis de mousseline, deux jupons de basin garnis en falbalas, deux jupons de basin sans garniture, cinq jupons de basin ou Rouen, deux jupons blancs piqués, dix corsets, deux mantelets de lit, deux mantelets simples, deux manteaux de lit sans garniture, deux jupons de basin neuf sans garniture, trois paires de manches à trois rangs de mousseline brodée, quatorze paires de manches à deux rangs de mousseline brodée ou rayée, trois petits bonnets de blonde avec leur barbe et deux cordons de blonde. »

Portrait de femme, vers 1760.

Portrait de femme, vers 1760.

« Une paire de boucles d’oreilles à entourage avec des petits diamants dans les entre-deux, quatre paires de boucles d’oreilles de pierres fausses de diverses couleurs, deux paires de boucles à souliers une paire de boucles à bracelet et une paire de crochet pour femme le tout en pierres fausses, une petite bague en alliance d’un diamant et d’un rubis en cœur surmonté d’une petite couronne avec des petits diamants à chaque coté du corps. »

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Ancien régime, Bijouterie d’Ancien-Régime roussillonnaise, Costumes - Modes - Bijoux, noblesse roussillonnaise. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Bijoux et vetements d’Antoinette Mars de Grandsaignes, une femme à la mode de Perpignan en 1763.

  1. Rosa M. Martín i Ros dit :

    Quin inventrai refinat i envejable. Gràcies, Laurent, per fer-lo conéixer
    Rosa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *