Le bijou traditionnel en Provence

Les villes de Provence possédaient des orfèvres bijoutiers de grande valeur au XVIIIe siècle, dont les formes et les techniques ont donné lieu à la production de parures très spécifiques. On note les croix qui sont de types différents et définis par des noms évocateurs, la croix dévote, argent ou argent sur or avec roses de diamant, la croix Maintenon possédant 6 pierres montées sur chaton pyramidal ; la croix capucine qui n’en possède que 5, et enfin la croix papillon très ornementée. Ces croix possèdent en général un coulant avec une pierre elle-aussi sur chaton pyramidal. On notera enfin la croix maltaise émaillée plus spécifique au costume d’Arles.

De l’Ancien Régime on trouve aussi un bracelet très original, le coulas, fil d’or terminés par deux boucles passées l’une dans l’autre.

Sous la Restauration, la nouvelle bourgeoisie reste attachée à ces bijoux tout en préférant les parures nouvelles avec diamants en chatons d’argent serti dans une rosette en or. Ce type de bijoux aura une grande vogue jusqu’au début du XXe s., décliné de la bague à la boucle d’oreille et jusqu’à de somptueuses rivières ou parures entières.

Plus sobrement, le clavier est omniprésent dans le costume populaire avec ses motifs liés au couple et au mariage.

La fin du XIX e siècle voit apparaître un renouveau dans des bijoux dits « félibréens » ou encore dans les fameux bijoux en étoiles de Digne.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijoux traditionnels. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le bijou traditionnel en Provence

  1. Rosa M. Martín i Ros dit :

    Molt bé. Estc aprenent molt amb els teus articles. Després dels teixits i els vestits la joia és el tema que més m’agrada.
    Gràcies per tota la informació que dones.
    Rosa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *