Habillement féminin sous la Révolution Française à Perpignan

Jeanne Vidal Rivière était la femme d’un cafetier de la place de la loge à Perpignan. Cette place fut le premier endroit de la ville à avoir vu l’apparition de ce genre de lieux de détente et de sociabilité, le café en tant qu’établissement, au milieu du XVIIIe s.

Femme de bonne condition, elle possédait une garde robe importante et un coffret à bijoux relativement grand. Le 10 frimaire de l’an 4 (décembre 1795), sa garde robe se compose comme suit :

un tablier de soie noire, un capuchon de soie noire, une jupe de bourrette rayée, une jupe de papeline, trois jupes d’indiennes, deux jupes de cotonnades rayées, deux jupes de mousseline blanche, cinq tabliers d’indienne, un tablier en coton rayé, deux tabliers de quadrille, une jupe de bourrette rayée, quatre corsets de coton, un corset de nankin, un corset en drap de coton, deux en papeline noire, un en drap de coton rayé, dix mouchoirs d’indienne pour le col, une jupe de cotonnade blanche, une capuche de sergette noire, deux tabliers de cotonnade, une jupe de cotonnade, dix-neuf chemises, trois paires de souliers d’étoffes, une paire de souliers d’étoffe bronzée, douze bas de coton, trente six coiffes, quatre mouchoirs de mousseline blanche, deux coiffes d’enfant…une montre en or sans anneau ni cordon faite à Paris, un esclavage en or avec sa plaque, une jeannette avec son cœur le tout d’or avec ruban de soie, une paire de pendants d’or pour les oreilles, une bague d’or avec sept pierres violettes, un jonc avec deux petits cœurs le tout d’or, une boite d’ivoire garnie d’écaille avec un portrait, une croix en grenat dont un est démonté de son amande, un jonc cassé, une bague d’or ronde, une bague avec un grenat en forme de cœur coupé avec une petite esse de crochet d’argent, une montre d’argent, chaine d’acier et la clef de cuivre sans nom de facteur, deux paires de boucles petites d’argent, deux paires de boucles d’argent pour les souliers, un crochet (clavier) d’argent avec sa chaîne de même.

 

Source : AD66, 3E22/269, n.100.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie d’Ancien-Régime roussillonnaise, Costumes - Modes - Bijoux, Révolution et Empire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Habillement féminin sous la Révolution Française à Perpignan

  1. Rosa M. Martín i Ros dit :

    Gràcies, Laurent, per tots aquest inventaris. Ens donen una informació molt important per als vestits i les joies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *