Portrait de Léonie Bardou née Amiel en 1860

Huile sur toile, ovale.
Signé Jules Gardot et daté: 1860.
Col.part. Perpignan.

Ce portrait manifeste le goût des Catalanes pour la mode des crinolines et des robes de soie sous le Second-Empire. Eventail fermé à la main, les manchettes de plumetis sont ressérées aux coudes par des rubans bleus auquels les fleurs de la coiffe répondent joliement, Léonie porte des bijoux à la mode, pendants d’oreilles, large bracelet à médaillon serti d’un diamant, bague, sautoir arrété près du cou par un coulant…

Encore jeune, il s’agit de l’épouse de Pierre Bardou-Job, fille d’un confiseur perpignanais, et dont le mariage avait eu lieu en avril 1857.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone
Ce contenu a été publié dans Bijouterie XIXe s. roussillonnaise, Costumes - Modes - Bijoux, Second Empire. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *